Dans quels cas, un test bactérien est-il justifié ?

Dans le cadre d’un traitement parodontal, un test bactérien est justifié pour différentes indications. En règle générale, dans les cas suivants, un test avec micro-IDent® ou micro-IDent®plus est conseillé.

Avant de prescrire des antibiotiques

Pour éviter un sur- ou soustraitement, les traitements antibiotiques ne devraient jamais être pratiqués à l’aveugle d’un point de vue microbiologique. En raison de l’augmentation préoccupante des résistances aux antibiotiques, les ministres de la santé du G7 et les différentes sociétés professionnelles préconisent la prescription des antibiotiques uniquement à des fins thérapeutiques et après diagnostic individuel. Il est important de connaître le spectre de germes avant de choisir l’antibiotique à utiliser. De même dans le traitement de la parodontite, l’analyse des germes marqueurs doit impérativement précéder la prescription des antibiotiques.

Maladies parodontales avec des profondeurs de poche supérieures à 4 mm

À partir de 4 mm, on considère que les valeurs de sondage signalent une maladie parodontale nécessitant un traitement. En fonction d’autres paramètres cliniques et de la charge de bactéries individuelle, un traitement de la parodontite est indiqué. Pour une planification intelligente du traitement, un test bactérien avec micro-IDent® ou micro-IDent®plus doit être réalisé.

Parodontite chronique, résistante aux traitements

Si un traitement n’aboutit à aucune amélioration du tableau clinique, de nombreuses explications sont possibles. L’échec peut être dû aussi à un manque d’observance du patient qu’à la présence de bactéries persistantes. En cas de mauvais tableau clinique persistant, le traitement mécanique de la parodontite doit être complété par une antibiothérapie. Une image précise de la situation bactérienne est fournie par une analyse avec micro-IDent® ou micro-IDent®plus.

Parodontite - formes agressives à évolution rapide

Notamment la forme agressive de la parodontite se déclare souvent de paire avec la présence d’espèces bactériennes destructrices attaquant les tissus. Une antibiothérapie adjuvante pour la réduction de ces germes est quasiment incontournable. Pour le choix de l’antibiotique optimal, il est alors important de connaître quelles bactéries sont la cause de l’infection.

Avant une restauration implantaire majeure

La parodontite est un facteur de risque des infections péri-implantaires. C’est pourquoi, en implantologie, une analyse de la flore sous-gingivale est justifiée avant un nettoyage complexe et coûteux. Un traitement anti-infectieux motivé par un diagnostic permet avant même la pose de l’implant de réduire à un minimum le risque de perte ultérieure d’implant.

En cas d’infections péri-implantaires

Des études scientifiques montrent que les germes marqueurs de la parodontite jouent également un rôle important dans les infections péri-implantaires. Pour cette indication, l’analyse microbiologique est donc aussi justifiée. À l’instar de la parodontite, le traitement de la péri-implantite prévoit alors une élimination mécanique de la plaque et le cas échéant une antibiothérapie adjuvante. L’analyse du spectre de germes ici aussi contribue à l’instauration d’un plan de traitement individuel.

Patients convoqués à un contrôle de dépistage précoce des récidives

Au cours du traitement adjuvant de la parodontite, des analyses de contrôle peuvent contribuer à surveiller les modifications de la flore sous-gingivale et à réagir rapidement à une dégradation.