Traitement de la parodontite

Une parodontite diagnostiquée est traitée en plusieurs étapes. Le traitement est adapté à la gravité de la maladie et à la situation individuelle du patient.

La profondeur des poches gingivales est mesurée avec une sonde

Examen de la parodontite

Le traitement de la parodontite compte plusieurs phases. Au plus tard lorsque le patient se plaint de saignement gingival ou de rétraction de la gencive, le dentiste effectue un bilan parodontal. Il mesure la profondeur des poches gingivales et note si de légers saignements apparaissent lors du sondage. L’examen est généralement indolore. Le cas échéant, une radio pour déceler et évaluer les lésions de l’os maxillaire est réalisée.

Optimisation de l’hygiène dentaire

Si le dentiste diagnostique une parodontite, son premier souci sera d’optimiser l’hygiène dentaire du patient. Cette mesure englobe des nettoyages professionnels réguliers et des instructions précises au patient sur les soins des dents et gencives effectués à domicile. Le seul brossage des dents ne suffit pas, car les soins des espaces interdentaires sont très importants. Si lors d’un contrôle de suivi, malgré une bonne hygiène dentaire, l’amélioration escomptée n’est pas constatée, la phase suivante du traitement est planifiée. Des tests microbiologiques et génétiques peuvent s’avérer nécessaires. Ils sont généralement à la charge du patient.

Dentiste explique soins dentaires

Traitement de la parodontite

Dans la phase suivante du traitement, les poches gingivales sont nettoyées en profondeur. Une anesthésie locale est souvent pratiquée. À l’aide d’instruments spéciaux, le dentiste passe sous le sillon gingival et élimine les bactéries qui ont colonisé le fond de la poche gingivale. Les dépôts de tartre par exemple sont également éliminés au grattoir et rincés avec des solutions antibactériennes. La dent retrouve ainsi sa surface lisse, ce qui complique pur les bactéries une nouvelle colonisation. Ce traitement est pratiqué sur 2 séances successives courtes. Si un antibiotique est nécessaire, la prise des comprimés débute parallèlement au nettoyage. Afin de garantir une efficacité maximale, l’antibiotique doit être pris de manière consciencieuse selon les instructions du dentiste.

Dans certains cas, d’antibiotiques sont nécessaires

Si une antibiothérapie est requise, il est important pour le dentiste de connaître les bactéries présentes dans les poches gingivales. C’est le seul moyen de savoir si un antibiotique est effectivement indiqué et si oui, quel antibiotique agit de manière optimale. Une analyse microbiologique de la poche gingivale fournit les informations requises. On évite ainsi la prescription d’antibiotiques qui sont inutiles sur le plan thérapeutique. Le dentiste épargne au patient le désagrément des effets indésirables et réduit le risque de développement et de prolifération de résistances aux antibiotiques. Face au développement croissant d’agents multirésistants dû au recours excessif et inapproprié aux antibiotiques, un usage plus responsable et prudent des antibiotiques est d’autant plus essentiel. Une analyse du spectre de germes empêche aussi de louper une antibiothérapie d’urgence nécéssaire pour cause d’une charge de bactéries élevée. Ce sous-traitement peut dans certains cas compromettre le succès de la prise en charge.

Le patient est co-responsable

Après le traitement, le dentiste contrôle régulièrement si le traitement a un effet et si le patient suit correctement les instructions de soins dentaires. Une chose est sûre : Lorsque le nettoyage des dents n’est pas minutieux, les bactéries apparaissent de nouveau rapidement dans les poches gingivales et tout recommence du début. Même le plus compétent des dentistes ne peut rien faire face à un patient négligent. Il est donc de la responsabilité du patient de veiller à la « propreté » obtenue par le dentiste. Ceci avec le soutien professionnel du dentiste et de son équipe.