Le diabète favorise la parodontite

Le diabète va souvent de pair avec une évolution relativement grave des maladies parodontales. Une attention particulière doit donc être accordée aux patients diabétiques au cabinet.

Avec un glucomètre, le patient détermine ses valeurs

Les symptômes secondaires du diabète sucré sont une irrigation réduite des tissus et un système immunitaire déficient. Ce n’est pas sans conséquence pour l’hygiène bucco-dentaire : la prolifération des bactéries de la parodontite est favorisée et la guérison de la gencive enflammée est retardée parallèlement. Une parodontite peut ainsi être le signe d’un diabète non diagnostiqué. Inversement, la parodontite a aussi un impact négatif sur le diabète et pour les patients diabétiques, il est donc d’autant plus important de traiter la parodontite avec succès.

Trois fois plus de cas de parodontite chez les diabétiques

Une glycémie élevée entraîne une libération accrue de médiateurs inflammatoires qui accentuent davantage la destruction du parodonte. C’est pourquoi les diabétiques mal contrôlés développent trois fois plus souvent une parodontite, présentent une progression plus rapide de la maladie et répondent nettement moins bien au traitement. Chez un patient diabétique présentant une modification héréditaire des gènes de l’interleukine-1, le risque de développer une maladie parodontale est presque multiplié par quatre. Les diabétiques avec une glycémie bien contrôlée ne présentent pas de risque élevé de développer une parodontite.