Bactéries de la parodontite

Les bactéries qui sont les principales responsables de la parodontite présentent des propriétés et une pathogénicité très variables.

La parodontite est provoquée par différentes bactéries qui diffèrent fortement en termes de caractéristiques et propriétés. Par ailleurs, chaque espèce a une sensibilité propre aux différents antibiotiques. C’est pourquoi il est essentiel de connaître les bactéries du patient afin de définir le meilleur traitement. Les caractéristiques les plus importantes des bactéries de la parodontite sont énumérées dans la liste suivante.

Aggregatibacter actinomycetemcomitans (Aa)

Complexe : Complexe vert. En raison de son exceptionnelle pathogénicité, il figure sous « complexe Aa » dans les rapports d’analyse.

Pathogénicité : Très fortement pathogène

Facteurs de pathogénicité : Produit des facteurs de virulence puissants tels que les phosphatases, la leucotoxine et le facteur immunosuppresseur.

Propriétés : Anaérobie facultatif ; transmission exogène (notamment parent-enfant mais aussi entre partenaires) ; invasion tissulaire (d’où le risque de récidive) ; résistant à la métronidazole et à la clindamycine.

Apparition : Corrélation élevée avec des symptômes cliniques graves ; considéré comme germe dominant pour les parodontites juvéniles et agressives.

Traitement : Détartrage et surfaçage radiculaire avec antibiothérapie adjuvante. Car en raison de l’invasion tissulaire, le détartrage et le surfaçage radiculaire ne suffisent souvent pas.

Antibiotique de 1er choix : Amoxicilline

Porphyromonas gingivalis (Pg)

Complexe : Complexe rouge

Pathogénicité : Très fortement pathogène

Facteurs de pathogénicité : Protéases et hémagglutinine. L’hémagglutinine aide les germes à coloniser les surfaces et à former des dépôts. Les protéases leur permettent de pénétrer activement dans les tissus environnants et de les détruire.

Propriétés : Anaérobie obligatoire ; transmission exogène (en particulier entre patients) ; invasion tissulaire (d’où risque de récidive).

Apparition : Germe dominant pour les parodontites agressives et chroniques, péri-implantite et récidives ; corrélation élevée avec la profondeur de poche et l’indice de saignement.

Traitement : Détartrage et surfaçage radiculaire avec antibiothérapie adjuvante. Car en raison de l’invasion tissulaire, le détartrage et le surfaçage radiculaire ne suffisent souvent pas.

Antibiotique de 1er choix : Métronidazole

Tannerella forsythia (Tf)

Complexe : Complexe rouge

Pathogénicité : Très fortement pathogène

Propriétés : Anaérobie obligatoire ; transmission exogène possible ; invasion tissulaire (d’où risque de récidive).

Apparition : En cas de parodontite, parodontite chronique et péri-implantite ; corrélation élevée avec la profondeur de poche et l’indice de saignement.

Traitement : Détartrage et surfaçage radiculaire avec antibiothérapie adjuvante. Car en raison de l’invasion tissulaire, le détartrage et le surfaçage radiculaire ne suffisent souvent pas.

Antibiotique de 1er choix : Métronidazole

Treponema denticola (Td)

Complexe : Complexe rouge

Pathogénicité : Très pathogène

Propriétés : Anaérobie obligatoire ; invasion tissulaire (d’où risque de récidive) ; identification et quantification uniquement avec des techniques d’ADN.

Apparition : Germe dominant de la gingivite ulcéro-nécrotique aiguë ; corrélation élevée avec la profondeur de poche et l’indice de saignement.

Traitement : Détartrage et surfaçage radiculaire avec antibiothérapie adjuvante. Car en raison de l’invasion tissulaire, le détartrage et le surfaçage radiculaire ne suffisent souvent pas.

Antibiotique de 1er choix : Métronidazole

Prevotella intermedia (Pi)

Complexe : Complexe orange

Pathogénicité : Très pathogène

Facteurs de pathogénicité : L’exotoxine et diverses enzymes (p.ex.  protéases) favorisent la destruction du tissu parodontal.

Propriétés : Anaérobie obligatoire ; transmission exogène possible ; risque de récidive ; corrélation avec une mauvaise hygiène bucco-dentaire ; « bactéries pionnières » qui fournissent aux germes exigeants du complexe rouge les métabolites dont ils ont besoin pour survivre.

Apparition : Facteur de risque de la parodontite agressive, gingivite et gingivite ulcéro-nécrotique aiguë.

Traitement : Détartrage et surfaçage radiculaire avec antibiothérapie adjuvante. Car le détartrage et le surfaçage radiculaire ne suffisent souvent pas.

Antibiotique de 1er choix : Métronidazole

Parvimonas micra (Pm)

Complexe : Complexe orange

Pathogénicité : Modérément pathogène

Propriétés : Anaérobie obligatoire ; « bactéries pionnières » qui fournissent aux germes exigeants du complexe rouge les métabolites dont ils ont besoin pour survivre.

Apparition : Souvent présent dans les consortiums parodontaux destructeurs ainsi qu’en cas de parodontite avancée.

Traitement : Le détartrage et le surfaçage radiculaire suffisent généralement. En cas d’apparition en concentration très élevée de germes, une antibiothérapie adjuvante est nécessaire.

Antibiotique de 1er choix : Clindamycine

Fusobacterium nucleatum (Fn)

Complexe : Complexe orange

Pathogénicité : Modérément pathogène

Propriétés : Anaérobie ; « bactéries pionnières » qui fournissent aux germes exigeants du complexe rouge les métabolites dont ils ont besoin pour survivre.

Apparition : Indicateur de la qualité de l’hygiène bucco-dentaire et de l’efficacité du détartrage et du surfaçage radiculaire. En cas de gingivite ulcéro-nécrotique aiguë et de parodontite chronique.

Traitement : Le détartrage et le surfaçage radiculaire suffisent généralement. Le cas échéant une antibiothérapie adjuvante est nécessaire.

Antibiotique de 1er choix : Métronidazole

Campylobacter rectus (Cr)

Complexe : Complexe associé orange

Pathogénicité : Modérément pathogène

Propriétés : Microaérophile ; forme une protéine proche de la leucotoxine ; colonisateur précoce des poches gingivales.

Apparition : Souvent en cas de parodontite adulte et évoluant rapidement.

Traitement : Le détartrage et le surfaçage radiculaire suffisent généralement. Une antibiothérapie adjuvante est indiquée uniquement en cas de concentration de germes très élevée et de tableau clinique grave.

Antibiotique de 1er choix : En cas d’apparition isolée du complexe orange associé : Clarithromycine. En association avec d’autres complexes bactériens : Métronidazole.

Eubacterium nodatum (En)

Complexe : Complexe associé orange

Pathogénicité : Très pathogène

Propriétés : Anaérobie obligatoire ; sa prolifération et son métabolisme facilitent la colonisation de germes plus exigeants.

Apparition : Association significative avec la parodontite.

Traitement : Le détartrage et le surfaçage radiculaire suffisent généralement. Une antibiothérapie adjuvante est indiquée uniquement en cas de concentration de germes très élevée et de tableau clinique grave.

Antibiotique de 1er choix : En cas d’apparition isolée du complexe orange associé : Clarithromycine. En association avec d’autres complexes bactériens : Métronidazole.

Eikenella corrodens (Ec)

Complexe : Complexe vert

Pathogénicité : Modérément pathogène

Propriétés : Anaérobie facultatif ; colonisateur précoce ; germe de la plaque dentaire ; risque de récidive ; résistant à la métronidazole et à la clindamycine.

Apparition : Corrélation avec la profondeur de poche ; augmentation de la concentration de germes avec la profondeur de sondage.

Traitement : Le détartrage et le surfaçage radiculaire suffisent généralement. Une antibiothérapie adjuvante est indiquée uniquement en cas de concentration de germes élevée et de tableau clinique grave.

Antibiotique de 1er choix : Amoxicilline

Capnocythophaga spec. (Cs)

En raison de leurs propriétés similaires, les espèces C. sputigena, C. gingivalis et C. ochracea sont regroupées :

Complexe : Complexe vert

Pathogénicité : Modérément pathogène

Propriétés : Anaérobie facultatif ; colonisateur précoce ; résistant à la métronidazole et à la clindamycine.

Apparition : Corrélation avec la profondeur de poche ; augmentation de la concentration de germes avec la profondeur de sondage.

Traitement : Le détartrage et le surfaçage radiculaire suffisent généralement. Une antibiothérapie adjuvante est indiquée uniquement en cas de concentration de germes élevée et de tableau clinique grave.

Antibiotique de 1er choix : Amoxicilline