Phase d’entretien

La phase d’entretien consiste à maintenir la situation parodontale stable à long terme. Outre un contrôle régulier à vie et le nettoyage dentaire, la coopération dynamique et durable du patient est indispensable.

Un dentiste accueille une patiente au rendez-vous de contrôle

Une amélioration nette des paramètres cliniques et microbiologiques permet d’entamer la phase d’entretien avec des contrôles réguliers du patient au cabinet. Cette étape du traitement a les objectifs suivants :

  • Conservation du niveau d’attache
  • Prévention de la perte de dent
  • Contrôle de l’infection parodontale
  • Prévention d’une nouvelle infection
  • Surveillance diagnostique

Un des principaux défis reste cependant la remotivation constante du patient en raison du caractère durable, souvent à vie, du traitement.

Évaluation du risque

La fréquence des séances dans la phase d’entretien dépend du risque individuel de récidive du patient.

Selon le modèle d’évaluation du risque parodontal suivant, une estimation provisoire du risque est établie.

  • Détermination de l’indice de saignement
  • Nombre de sites avec profondeurs de sondage ≥ 5 mm
  • Nombre de dents perdues
  • Résorption osseuse
  • Tabagisme

Après le relevé d’autres facteurs systémiques (diabète sucré, infection VIH, manifestation gingivoparodontale de maladies systémiques) et génétiques (polymorphisme de l’interleukine 1 ß avec GenoType IL-1), le risque final est défini. La fréquence des contrôles spécifique au patient en est déduite.

Examens de contrôle

En fonction du niveau de risque, des examens de contrôle sont réalisés à des intervalles de 3–12 mois. Ces examens comprennent le contrôle de la situation clinique et de l’hygiène, l’élimination des dépôts présents et la remotivation du patient relative à l’hygiène bucco-dentaire. Dans la phase d’entretien, des contrôles réguliers du spectre de germes sous-gingival permettent de détecter à temps les réinfections et les récidives. Ils contribuent ainsi au maintien du tableau clinique à long terme. Si l’infection devait reprendre, un retour à la phase active du plan de traitement est requis. L’adhésion du patient au plan du traitement et l’hygiène bucco-dentaire restent donc centraux.