Une antibiothérapie responsable avec diagnostic microbiologique

La nécessité de l’antibiothérapie dans le cadre du traitement de la parodontite dépend principalement de la concentration et du type de bactéries. Lorsque les bactéries attaquant les tissus sont présentes en concentrations élevées, une antibiothérapie adjuvante peut être indiquée.

Le médecin remet l'ordonnance au patient

La parodontite et la péri-implantite sont la conséquence d’un déséquilibre du microbiome oral. Sur la base de l’image clinique, une antibiothérapie adjuvante peut donc s’avérer nécessaire. Cependant la composition de la flore microbienne sous-gingivale peut différer fortement d’un individu à l’autre. Il en va de même pour la concentration des différents germes marqueurs. Un traitement antibiotique adjuvant doit toujours cibler des pathogènes présents et ménager en revanche la flore bénéfique. Pour un traitement ciblé, la prescription d’un antibiotique doit pour cette raison être précédée d’une analyse et le diagnostique microbiologique.

Avantages du diagnostic

Le diagnostic microbiologique permet une utilisation fondée et rationnelle des antibiotiques ainsi que le choix d’un principe actif optimal. La nature et la concentration des agents présents doit être connue pour apporter des réponses aux questions thérapeutiques importantes. Un antibiotique est-il vraiment nécessaire ? Si oui, quel principe actif offre une couverture optimale du spectre de germes ? Il s’agit d’éviter les surtraitements et sous-traitements et de réduire au maximum le risque de développement de résistances. Le choix d’un principe actif ciblant autant que possible les germes marqueurs parodontaux permet de ménager la flore bénéfique et de prévenir des effets secondaires inutiles.