Antibiotiques : quand et dans quels cas ?

Un comprimé d'antibiotique est pris

Selon les recommandations des sociétés professionnelles, l’antibiothérapie adjuvante dans le cadre du traitement de la parodontite doit être limitée aux indications suivantes :

  • Formes agressives à évolution rapide de la parodontite
  • Parodontite réfractaire au traitement
  • Parodontite chronique grave
  • Parodontite modérée à sévère en cas de maladies systémiques ou états qui altèrent le fonctionnement du système immunitaire
  • Infections péri-implantaires

Il faut noter que la présence de bactéries parodontopathogènes varie d’un patient à l’autre et que l’efficacité des antibiotiques est restreinte à certains groupes de bactéries.

L’effet des antibiotiques sur le biofilm est limité

Les bactéries orales sont structurées en biofilm qui les protège. La matrice du biofilm représente d’une part une barrière physique que l’antibiotique ne traverse que difficilement. D’autre part, les bactéries du biofilm sont souvent au « repos ». L’action des antibiotiques sur les cellules est de ce fait fortement réduite. Une application d’antibiotiques sans détartrage sous-gingival parallèle est donc inefficace.

Moment idéal pour l’administration des antibiotiques

Pour obtenir une efficacité optimale des médicaments, une administration des antibiotiques après désintégration du biofilm, c’est-à-dire immédiatement après le débridement supragingival et sous-gingival est recommandée. Il faut noter que le seul nettoyage des régions supragingivales dans le cadre d’un nettoyage dentaire professionnel ne suffit pas.

Prévenir la recolonisation

Les bactéries ont une durée courte de génération et peuvent se multiplier rapidement. Pour prévenir la recolonisation des zones déjà nettoyées, le traitement instrumental doit avoir lieu en une séance de soins si possible, ou sur 2 jours successifs.