Antibiothérapie dans la parodontologie

En médecine, les antibiotiques ont pour but de freiner la croissance des micro-organismes nocifs, voire de les éliminer totalement. Ces médicaments sont importants pour lutter contre les maladies mettant la vie en danger. Les antibiotiques sont également justifiés en parodontologie. En effet, la parodontite est une maladie infectieuse déclenchée par un groupe défini de plusieurs bactéries.

Femme tient dans main paquet de comprimés

Utilisation responsable des antibiotiques

Alors que les résistances aux antibiotiques de plus en plus fréquentes rendent indispensables une utilisation plus vigilante et rationnelle des antibiotiques, en parodontologie, le « Cocktail de Winkelhoff » fait souvent office de solution polyvalente. Si ce traitement combiné vient certes « à bout » de toutes les bactéries de la parodontite, il n’en reste pas moins un surtraitement dans de nombreux cas. Avec une maladie parodontale, tant le spectre de germes que la charge de bactéries peuvent fortement varier d’un patient à l’autre et dans de nombreux cas, une monothérapie suffirait. C’est pourquoi la détermination de la nature et de la concentration des bactéries présentes est indispensable pour garantir un choix ciblé du principe actif approprié et permet ainsi un usage responsable des antibiotiques.

Utilisation des antibiotiques

La Société Allemande de Parodontologie (DG PARO) a identifié les substances antibiotiques utilisés en parodontologie. En outre, elle a défini certains indicateurs qui en règle générale mettent en avant les avantages pour le patient d’une antibiothérapie. Pour un traitement efficace de la parodontite, le moment de l’antibiothérapie adjuvante est important. Une efficacité optimale du médicament implique un nettoyage parallèle des poches gingivales.

Antibiothérapie locale et systémique

Le mode d’administration du médicament peut différer en fonction des signes cliniques. Si une parodontite est généralisée, une antibiothérapie systémique est généralement un avantage, car le médicament atteint toutes les niches buccales par le flux sanguin. Il existe cependant aussi des cas se prêtant à une application locale de l’antibiotique. C’est par exemple possible en présence de poches résiduelles réfractaires.